Pourquoi

Nous savons tous qu’une commune comme la nôtre a des obligations de respect de la loi SRU.

Nous savons également que des anciens ont de plus en plus de difficultés à rester dans leur maison individuelle et que leurs enfants ont dû mal à se loger car ils souhaitent rester près de leurs parents ou dans ce lieu où ils sont nés et où ils aiment vivre.

Nous savons également que la mixité sociale en théorie pourrait apporter des solutions d’intégration et de bien vivre ensemble.

Même si la loi fixe des objectifs quantitatifs vers lesquels il faut tendre, c’est tout de même d’abord et avant tout pour répondre aux besoins de ses habitants qu’un Maire doit mener sa politique d’urbanisme.

Il n’est nullement question à travers ces propos, d’exclure qui que se soit ou de repli sur soi-même, ni de se fermer à toute évolution ou renouvellement de notre population.

Néanmoins la loi reste une loi parisienne technocratique qui gère le problème du logement en France dans sa globalité.

Un Maire doit avant tout s’occuper de ses administrés et répondre à leurs besoins en matière d’équipements collectifs et d’habitat en fonction de la capacité de l’existant et en fonction de ses moyens financiers, ce qui nécessite de faire des choix mesurés et raisonnés

L’utopie et le dogme, encore moins que jamais ne sont de mise compte tenu du contexte économique que nous connaissons.

Une construction telle qu’une médiathèque créée certes de la richesse culturelle mais génère surtout des charges très lourdes.

Nous n’avons pas de vision réelle, sur le besoin d’une telle réalisation cette question nécessite certainement un peu plus d’approfondissement en concertation avec la population et ne pas être traitée comme une simple promesse électorale.

Prenons soin de distinguer l’envie et le réel besoin. Le réseau local de médiathèques est très dense OULLINS /FRANCHEVILLE/ BRIGNAIS  on sait que certaines ont du mal à vivre et que l’évolution des technologies modernes est en partie responsable de la stagnation voir de la régression de la fréquentation.

Créer les conditions d’implantations de commerces de proximité, des commerces de convivialité, aménager le centre bourg en permettant l’approche par le moyen de déplacement de son choix sans en imposer ou en exclure voila un vrai facteur de dynamisation

Bref tout cela fait qu’un Maire doit avoir une vision globale, de la gestion des sols, de la capacité d’assimilation dans le temps sur le niveau l’acceptabilité par la population, sur les besoins en logements et en équipements publics

Car c’est, contrairement à ce qui nous est dit, bien lui qui décide du rythme auquel doivent se faire les constructions, c’est bien lui qui délivre ou non les permis de construire.

Vouloir mettre les bouchées doubles sous le simple motif qu’il faut rattraper le temps perdu pour atteindre les objectifs de la loi SRU et réduire les pénalités conduit à une croissance disgracieuse irréversible

Il a pour ce faire un document qui s’appelle le PLU avec une annexe le Plan d’Aménagement et de Développement Durable qui impose entre autre le respect du patrimoine et de l’identité de la commune

Refusons d’être les otages d’une politique simplement justifiée par l’application rigide d’un programme électoral vague ainsi que d’un PLU qui soit dit en passant n’a pas été approuvé par le Maire en 2007

Rappelons s’il en est besoin qu’une équipe municipale élue n’est pas détentrice d’un blanc sein que la démocratie  et le dialogue continuent même après le vote, que lorsque des citoyens s’expriment calmement en réunion, en pétition ou en manifestation il faut en tenir compte.

Rappelons que le soir de son élection le Maire de Chaponost a prononcé ces mots « Je serai le Maire de tous les Chaponois »,  nous commençons à croire sérieusement qu’ils traduisaient simplement un moment d’euphorie de victoire électorale.

Pour terminer j’invite monsieur le Maire à méditer sur un adage français qui dit qu’un « Maire qui bâtit est un Maire battu ».

Rendez vous donc en 2014 pour le vérifier.